Naufrage au large de la Libye : entre 110 et 150 migrants disparus, des dizaines d’autres renvoyés en détention

Naufrage au large de la Libye : entre 110 et 150 migrants disparus, des dizaines d’autres renvoyés en détention

Publié  113 Vues actualisé 24 journées depuis

Entre 110 et 150 migrants ont disparu dans le naufrage de leur embarcation, jeudi, au large de la Libye. Au moins 130 autres ont été interceptés par les garde-côtes libyens et renvoyés dans des centres de détention, selon l’ONU.

Il s’agit, probablement selon l’ONU, de “la pire tragédie en Méditerranée cette année” : entre 110 et 150 migrants, dont des femmes et des enfants, sont portés disparus après le naufrage de leur embarcation au large des côtes libyennes. Aucun navire humanitaire n’est actuellement présent dans la zone de détresse.

Les chiffres varient d’une source à une autre. Le général Ayoub Kacem, le porte-parole des garde-côtes libyens, a déclaré aux agences de presse AP et AFP que deux bateaux transportant un total de 250 à 300 migrants avaient sombré à 120 km à l’est de la capitale, Tripoli. Il a ajouté 115 migrants étaient portés disparus et que 134 autres avaient été “secourus” et renvoyés en Libye vers la ville de Khoms. Les garde-côtes n’ont, pour l’heure, repêché qu’un seul corps, dit-il.

Du côté de l’ONU, on parle de quelque 145 personnes sauvées et “environ 150 autres portées disparues et qui se sont très probablement noyées”, selon Charlie Yaxley, porte-parole du haut-commissariat aux réfugiés (HCR). “Jusqu’à présent cette année, 1 personne sur 6 ayant tenté la traversée de la Méditerranée depuis la Libye est décédée”, a-t-il écrit sur Twitter.


Présentes en Libye à l’arrivée des rescapés, deux équipes de Médecins sans Frontières (MSF) ont prodigué des soins à 135 migrants rescapés, a indiqué François Dumont, porte-parole, joint par InfoMigrants.

Un premier groupe de 82 rescapés a été pris en charge sur une base militaire libyenne. “Selon l’infirmière en chef de MSF sur place, les migrants avaient très chaud et étaient en très mauvais état car certains avaient avalé beaucoup d’eau. Sept cas critiques ont été détectés et transférés vers des hôpitaux de la région”, précise François Dumont.

Même chose avec le deuxième groupe de 53 migrants qui a été débarqué dans la ville de Khoms : “Nous avons détecté moins de cas critiques parmi eux, mais beaucoup de personnes traumatisées”, rapporte François Dumont. “Nous leur avons apporté de l’eau et de la nourriture. Nous essayons, depuis, de reconstituer ce qu’il s’est passé car nous n’avons aucune information officielle. Mais les gens sont en état de choc et ont beaucoup de mal à parler. Par exemple, un homme, tiré de l'eau alors qu'il se noyait, a vu disparaître toute sa famille.”

D'après les premiers récits recueillis auprès des survivants, entre 300 et 400 personnes sont impliquées dans le drame, la marine libyenne, elle, fait plutôt état de 250 personnes. Les naufragés étaient partis mercredi "possiblement à bord de trois bateaux arrimés les uns aux autres, ce qui expliquerait leur désintégration", explique pour sa part Julien Raickman, responsable des équipes MSF en Libye.


Outre les 135 rescapés pris en charge, un troisième groupe d’environ 180 personnes a également été recueilli dans la nuit de jeudi à vendredi par MSF à Khoms. “Nous avons assisté à leur débarquement pendant la nuit par les garde-côtes libyens. On ne sait pas s’ils font partie du groupe de 300-400 naufragés ou s’ils s’agit encore d’un autre naufrage”, indique François Dumont. “Mais les chiffres semblent corroborer : il y aurait au final 70 morts environ, ce qui correspond au nombre de cadavres que nos témoins ont comptabilisé dans la mer.”

D’après le général Ayoub Kacem de la marine libyenne les migrants secourus, des Érythréens pour la plupart, mais également des Palestiniens et des Soudanais, doivent être transférés dans des "centres d'hébergement".

Mais selon Charlie Yaxley du HCR, environ 80 des 135 rescapés ont été envoyés au centre de détention de Tajourah où plus de 50 migrants ont été tués dans un bombardement il y a trois semaines. “Il s’agit du premier groupe débarqué sur la base militaire”, confirme François Dumont de MSF qui qualifie cette de situation de “révoltante et très inquiétante”. “Les deux autres groupes de rescapés ont passé la nuit au point de désembarquement à Khoms”, ajoute-t-il.


Le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé les pays européens à reprendre les opérations de sauvetage en Méditerranée et la Libye à mettre fin aux détentions arbitraires de migrants. 


Votre réaction?

1
LOL
1
LOVED
0
PURE
0
AW
0
FUNNY
0
BAD!
0
EEW
0
OMG!
0
ANGRY
0 Commentaires

  • Naufrage au large de la Libye : entre 110 et 150 migrants disparus, des dizaines d’autres renvoyés en détention
  • Master Play